Les anciens seigneurs


Famille Bayart de Citry et Maillart – XIVe siècle

C’est grâce à une reproduction au XVIIIe de son tombeau que nous apprenons l’existence de Jehan de Citry, inhumé dans notre église paroissiale en 1304. Il forme la première lignée connue des seigneurs des Hautes Maisons. Son fils Etienne Bayart de Citry lui succédant sous le titre de « chevalier de Coupvray », est aussi inhumé dans l’église en 1344. Enfin son petit fils, Gilles de Citry, obtient le fief principal tandis que son frère, Ferry de Citry est propriétaire du fief de Beaubourg.

 

 

Jehan de Citry (1304)
Jehan de Citry (1304)
Etienne bayard de Citry (1344)
Etienne bayard de Citry (1344)

Ils revendent leurs possessions et titres en 1365 à Jean Maillart, échevin et bourgeois de Paris qui sera anobli avec ses enfants en 1372. Son frère, Simon dispose aussi de quelques terres sur notre sol.

Famille Maillart, Le Cocq et Piedefer – XVe siècle

Les deux frères Maillart ne sont pas des inconnus : en 1358 ils ont assassiné Etienne Marcel, le prévôt des marchands de Paris, qui s’était rebellé contre le Dauphin Charles. Nous sommes alors au commencement de la Guerre de Cent Ans

Assassinat d'Etienne Marcel
Assassinat d'Etienne Marcel

 

La famille Maillart, puis par alliance, les Le Cocq et les Piedefer, tous bourgeois de Paris, avocats ou conseillers du Roi, formeront une longue lignée de seigneurs des Hautes Maisons sur six générations. En 1477, Hugues Le Cocq, fait don de la seigneurie des Hautes Maisons aux religieux Minimes du Bois de Vincennes qui en garderont la mouvance jusqu’à la Révolution.  Notre contrée, à la sortie de la guerre de Cent Ans est exsangue. Les terres ne sont plus cultivées et il faudra un demi-siècle pour que la région soit repeuplée.

 

On pense que la famille Le Cocq fut à l’origine du château « féodal » à créneaux et tourelles sur l’actuelle place de la forge et dont les principaux bâtiments furent détruits autour de 1970.

Famille Teste – XVIe siècle

Au début du XVIe, le dernier descendant Piedefer vend ce qu’il lui reste de la seigneurie des Hautes Maisons à Jean Teste, bourgeois et maitre des comptes à Paris. Jehan Teste n’est cependant pas étranger à la terre de Coupvray : son père, Jacques Teste, est déjà propriétaire depuis la fin du XVe siècle des fiefs des Prés, Darigny et de Voulangis. Les terres de Coupvray sont ainsi réunifiées pour former une seconde seigneurie distincte de celle des Hautes Maisons dont les religieux Minimes du Bois de Vincennes ont conservé la mouvance.

 

Deux générations plus tard, la seigneurie de Coupvray, de nouveau morcelée entre les nombreux descendants de Jean Teste, est vendue en 1570 à Henri III de Lenoncourt contre le versement d’une rente annuelle.